[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4762: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3897)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4764: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3897)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4765: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3897)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4766: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3897)
Club Légendes, jeux de rôle à Nancy • Afficher le sujet - Campagne : Au service de…
10 messages
Page 1 sur 1

Campagne : Au service de…

par Éric le Dim 2 Mar 2014 10:32


Cette campagne est la suite de «Le Coffre», mais nous avons depuis voyagé à l'autre bout du continent et certains joueurs (Thomas et moi) ont changé de personnage. La séance précédente s'étant surtout passée à voyager et pour moi à me faire expliquer la suite du travail (mais je ne veux surtout pas exposer les détails au reste du groupe). Nous avons donc été envoyé fouiller un manoir dans un village ravagé par des créatures étranges.

Après encore quelques jours de voyage nous étions arrivé à ce fameux manoir, à priori protégé par une étrange barrière, et y sommes entrés. Comme la séance a surtout tourné autour de quelques combats et de l'exploration de la demeure, je mets juste un plan des lieux avec quelques annotations (dans l'ordre d'exploration). Je passe les nombreuses fouilles de cadavres.


Le plan est approximatif, merci à Thomas de l'avoir débuté et au MJ de nous l'avoir corrigé (et complété pour que la suite soit plus juste que le début). (Normalement il suffit de cliquer sur le plan pour l'avoir en plus grand.)

Après être arrivé dans le vestibule et entendu la porte d'entrée se refermer derrière nous, j'ai pu constaté que nous étions coincé à l'intérieur et qu'il était inutile d'essayer d'enfoncer la porte d'entrée ou de démolir les fenêtres.
Dans le premier salon nous avons laborieusement affronté un égorgeur, et même si tous ne sont pas ressorti du combat indemnes, les capacités de guérison de certains (François) ont été appréciées des blessés (idée intéressante de Michel de lui monter dessus pour viser la tête et beaucoup de bourrinage ; grosse Rphy de la part de notre opposant réduisant mon efficacité de psy). Il y a semble-t-il des choses bizarres qui se sont faites dans cette demeure… La fouille de la pièce nous a permit d'apprendre que les créatures que je redoutait au départ (les tuan dalyrs) sont en fait des créatures «garou» nomades qui ravagent des villages. Il paraît donc peu probable que nous les croisions
Alors que nous nous remettions, la porte du deuxième salon a été ouverte par un squelette armé d'une épée, mais celui-ci a été facilement vaincu par le psy télékinésiste et seul informé de ce que nous faisons ici, moi.
Dans le premier placard, nous avons tué un squelette (alors que Manu s'en approchait pour séparer la tête du corps, celui-ci s'est relevé). Nous lavons vaincu une première fois mais il s'est relevé. Après avoir été vaincu une deuxième fois, il ne s'est plus relevé. Ce squelette portait, attachée à un os, une étiquette portant la mention «expérience 47». Nos soupçons d'expériences dangereuses sont confirmés.
Dans la pièce au fond du couloir, en plus des nombreux outils de jardin, il y a une porte qui donne sur l'extérieur. Après avoir pris mon temps, je n'ai réussi ni à enfoncer la porte, ni à défoncer le mur. Nous allons devoir continuer à chercher la sortie…
La grande salle avec une table contenait quelques tableaux encore en bon état que certains ont décroché et rangé dans leur sac.
Manu n'a jeté qu'un bref coup d'œil à la pièce suivante (qui semblait être une salle de réception), mais voyant une quinzaine de squelettes au sol, nous avons préféré refermer la porte et éviter la pièce autant que possible (apparemment les squelettes et autres créatures ne se relèvent que quand on approche).
Nous sommes retournés dans le vestibule, avons franchis deux antichambres et sommes arrivé dans la cuisine. Un corps crucifié par des couteaux et avec les jambes trainant plus loin au sol était la seul chose notable de cette cuisine. Il y avait toujours de l'eau courante.
La pièce suivante ne comportait que des buffets pour ranger la vaisselle et le garde-manger. Cette pièce étant séparée de la salle de réception par un couloir, nous y avons fait un tour. Nous avons bloqué la porte reliant le couloir à la salle de réception et une trappe a aussi été trouvée dans ce couloir. L'exploration des profondeurs se fera plus tard (nous allons d'abord vérifier l'étage, pendant que nous étions dans le placard Manu y a d'ailleurs entendu du bruit).
Nous sommes monté et avons ouvert la première porte à droite. Il s'agissait d'une simple chambre.
La pièce en face était visiblement une salle de détente avec un billard. Juste après avoir proposé de jouer au billard, l'auteur de cette proposition a poussé un cri de douleur. Nous avons alors entendu des bruits venant du couloir. Nous nous sommes préparé à défendre la pièce et avons commencé à préparer nos différentes techniques de combat, ce qui nous a permit de venir très rapidement à bout du lagor qui venait nous voir (grosse araignée psy). Une étiquette était accroché à une des griffes, indiquant sa date de capture et l'injection de deux doses (de quoi, quand, nous l'ignorons).
Dernière édition par Éric le Dim 16 Mar 2014 08:31, édité 1 fois.

«Les hommes pardonnent, moi pas», dernières paroles du diable dans le tome 5 des 7 vies de l'Épervier
http://danstonchat.com/15963.html

Re: Campagne : Au service de…

par Vince le Dim 2 Mar 2014 14:08


Merci pour le résumé, il y aura toujours des petits bonus d'expérience pour ceux qui en font. :)

Voici l'expérience pour la partie de samedi:

Emmanuel: 16
Michel: 16
Benjamin: 13
Eric: 15
Thomas: 11
François: 9

Je deviens de plus en plus gentil avec l'expérience. Je vais devoir réapprendre à devenir méchant. :twisted:

Re: Campagne : Au service de…

par Thomas D le Lun 3 Mar 2014 13:17


N'écoutant que son courage, Léonard fondit derrière le billard de la petite pièce pour se cacher de la chose qui approchait inexorablement vers lui et son équipe de bras cassés. Tandis que chacun se préparait à sa façon au combat qui se présentait, notre héros, lui,joignit les mains autours de son crucifix et ferma les yeux, entamant une prière silencieuse...

*Père, je sais que cela fait un moment que je ne t'ai pas donné de nouvelles, mais il se trouve qu'aujourd'hui je suis dans une situation plutôt tendue... Je suis vraiment désolé de t'ennuyer ainsi, mais tu sais bien que je n'oserai pas le faire si ce n'était pas urgent. Bon, je n'ai pas beaucoup de temps devant moi mais je vais essayer de tout raconter depuis le début.

Tu sais que j'ai beaucoup voyagé depuis que mes parents adoptifs sont morts. Il faut dire que trouver un endroit où les dons divins sont acceptés n'est pas chose aisée. Et bien figures-toi que j'ai rencontré un homme bien sympathique lorsque je me trouvais au Phaïon! Voilà la scène... Nous sommes tous deux dans un petit troquet et, la boisson et ma curiosité maladive aidant, nous faisons plus ample connaissance. De ce que je comprend, si je les aide (lui et son groupe) à récupérer un objet pour leur employeur, j'aurai éventuellement la chance de gagner quelques pièces d'or. Oui, je sais, l'avidité est un péché mais il me faut bien un peu d'argent pour continuer mon périple en quête d'autres anges!

Bref, je suis plutôt enchanté par cette offre et c'est donc tout naturellement que je l'accompagne chez ce que je pensai être son employeur. Imagine ma surprise quand cette personne commence à demander des explications au groupe qui est recherché pour attentat! Bon, ils se justifient comme ils peuvent, prouvant d'ailleurs qu'ils ne sont pas bien malin. Autant dire que le grand "chef" avait l'air bien ennuyé mais il finit par nous expliquer qu'il a un nouveau travail pour le groupe, histoire de l'éloigner du Phaïon. Il explique par contre que cette fois il va prendre des dispositions. Il désigne en effet deux personne, dont moi malheureusement, et les escorte jusqu'à une petite pièce à l'écart. Là, il sort deux affreux colliers et se met en tête de nous les faire mettre. Un seul regard me suffit à comprendre que l'objet est enchanté et je décide donc d'utiliser les pouvoirs que tu m'as donné pour faire croire à ce vilain que je porte effectivement la chose. Personne dans le groupe ne semble d'ailleurs deviner la supercherie...

Nous finissons donc par nous mettre en route vers l'échoppe d'un antiquaire à l'autre bout du continent (en Alberia) en nous coltinant un gardien. Le voyage est long et je n'en retiendrai que deux choses:

1 Je ne suis pas le seul a m'être attiré tes faveurs (voir même à être ton fils!). Un membre du groupe finit en effet par se rendre compte que mon collier n'est qu'illusion et un autre me prouve clairement qu'il dispose de dons divins. Le reste du groupe semble bien le prendre.

2 JE HAIS LES ZEPPELINS! ça me rend malade ces cochonneries...

Bref, on arrive devant la boutique, ou du moins ce qu'il en reste... L'endroit a complètement brulé! Heureusement, une dame nous surprend à fouiller dans les ruine et nous emmène à l'écart pour finalement nous apprendre qu'elle travaillait avec notre contact et qu'elle peut donc nous orienter pour notre mission. Il en ressort que nous devons enquêter sur la disparition pur et simple de tous les habitants d'un petit village. Et nous, con comme on est, ben on y est allé!

A première vue, pas d'indice dans le village. Les portes des habitations sont défoncées mais pas de trace de lutte ou de sang à l'intérieur. Nous nous dirigeons donc vers un grand manoir, l'endroit le plus à même de nous apporter des réponses d'après notre gardien. Si seulement je savais ce que lui ont dit nos "employeurs". Le soucis c'est qu'arrivé là devant, je ne peux m'empêcher de rechercher des traces de surnaturel et j'te le donne dans le mille, ça crache! Mais nous finissons par entrer malgré la crainte de certains et nous retrouvons coincés après que la porte se soit refermée violemment derrière nous. Les visions d'horreur vont se succéder à partir de là... On commence par tomber sur un tas de cadavres putréfiés puis sur une chose étrange qui se relève finalement pour nous attaquer. Il s'agit d'un monstre de près de trois mètre qui manque d'égorger deux de nos compagnons. Le tuer nous permet de prendre possession de la petite bibliothèque et une lecture rapide me permet de trouver des indices sur les Tuan Dalir, des hommes bêtes qui pourraient avoir quelque chose à voir avec cette histoire d'après notre surveillant. Après ça, nous explorons tout le rez-de chaussée, butant sur quelques cadavres et exterminant des squelettes, résultats d'expériences occultes. J'en profite pour emporter tout ce que je peux dans mon sac mais plus le temps passe et plus je crains qu'on ne puisse sortir de là. Dans une salle, une quinzaine de squelettes sont entassés. Dans une autre, un homme est retrouvé crucifié et coupé en deux. C'est vraiment l'horreur... Nous finissons par trouver une petite trappe qui devrait mener vers le sous-sol mais le gardien suggère de nettoyer l'étage avant de s'enfoncer plus profondément dans le manoir, d'autant qu'Ichiro aurait entendu du bruit provenant de là-haut.

L'exploration continue mais il se trouve que mon camarade porteur de collier se met en tête de faire un billard dans cette situation. Ceci ne doit pas faire partie du contrat car il se met à hurler de douleur en portant les mains à l'objet métallique qu'il porte autours du cou. Père, merci de m'avoir permis de ne pas mettre le mien!

Bref, le cri semble avoir été entendu par quelque chose et voilà que je me retrouve derrière cette table de billard à te prier pour que tout aille bien. S'il te plait, Père, aide-nous à sortir de cet endroit maudit... Je sais que si je suis parmi les mortels aujourd'hui, c'est que je l'ai mérité, même si je n'en ai aucun souvenir... Mais je me battrais pour te prouver que je suis digne de la Grâce que tu m'as accordé alors par pitié, aide-nous contre ces démons... *

Concentré sur sa prière, Léonard ne vit pas arriver la créature monstrueuse. En fait il n'aura jamais eu l'occasion de la voir vivante. Et oui, quand il rouvrit les yeux, l'araignée géante était déjà morte, la tête explosée par le groupe de combattants. Notre héros ne put s'empêcher d'afficher un énorme sourire avant de lever les yeux au ciel et dire ces mots à voix basse:

- Merci, Père...

Re: Campagne : Au service de…

par Michel M le Mar 4 Mar 2014 10:16


Ma petite part :

après nos dernières péripéties ayant finies par la disparition de toute une galerie de meisters, apparemment très importants, des grands costauds sont à notre recherche afin de nous poser des questions. N'ayant pas particulièrement envie de traîner dans le coin, notre contact nous prête l'un de ses hommes et quelques bijoux, et nous envoie chaleureusement visiter le monde. Nous avons donc droit entre autre à un magnifique voyage en zeppelin, que je recommande vivement à tout vacancier. Le récit de ce voyage se fera peut être un autre jour, mais nous avons vu de merveilleux paysages et rencontré des gens passionnants.

Bref, à l'autre bout du monde, nous nous retrouvons dans un village abandonné, devant un manoir manifestement hanté et protégé par une puissante barrière magique. Un endroit tout à fait pittoresque, que nous nous dépêchons d'explorer. A l'intérieur, des corps déchiquetés et torturés, des monstres insultants la nature par leur existence, des squelettes animés revenant à la vie et même une araignée géante ! La seule faute de ce manoir est le manque de grincement manifeste des portes.

Je sens la forme revenir.

Re: Campagne : Au service de…

par Éric le Dim 16 Mar 2014 10:21


Comme pour la dernière fois, je vais me baser sur le plan (mis à jour) pour rajouter quelques commentaires.

Le plan mis à jour :


Après avoir tué l'araignée géante, nous nous sommes dirigés vers la pièce au fond du couloir à droite dont la porte était ouverte. C'était une ancienne salle de bain qui avait servie de nid à l'araignée. On m'y indiqua des œufs que je m'empressais de détruire. Il y avait également un cadavre dans un cocon de soie sur lequel je découvris un poignard.
Dans la pièce en face il y avait un cadavre devant un fauteuil à côté d'un petit meuble, une table, et en regardant derrière la porte, des dessins que je reconnu pour mystiques mais que je ne put identifier. Un des membres du groupe affirma qu'il ne s'agissait que de gribouillage tandis que pour un autre il s'agissait plutôt de signes pour protéger magiques pour faire barrière. Je fouillais le cadavre et les notes à côté de lui et appris en les lisant qu'il s'agissait bien d'un sort de protection lancé sur la porte. J'en appris également plus sur ce qui s'était passé ici et communiquais dans une moindre mesure mes informations au reste du groupe (même si certains sont efficaces lorsqu'il s'agit de se débarrasser des créatures qui rôdent ici, ils ignorent pour «quoi» ils travaillent et je ne me sens pas le droit de leur dire). Je trouvais également des notes brèves sur les sous-sol que je communiquais intégralement aux autres.
Dans la pièce à côté de la salle de bain (une chambre) il y avait un cadavre dont les tripes gisaient à côté et le cerveau était bien en évidence. Après avoir vider mes intestins dans la pièce je m'empressais de refermer la porte.
La pièce en face était un bureau dont une des bibliothèque était tombée. On n'y faisait visiblement un peu de comptabilité.
La pièce en face des escaliers était une grande chambre avec salle de bain privée. Nous n'y trouvâmes rien d'intéressant. J'y pris quand même le livre de chevet (un livre sur l'Histoire de l'Empire d'Abel) pour pouvoir me cultiver un peu par la suite. En continuant dans le couloir, la première pièce à gauche était une chambre sans intérêt. La pièce à droite était une bibliothèque, plutôt grande mais nous n'y vîmes rien que de très classique et après avoir passé quelques temps à fouiller nous sortîmes.
La dernière pièce avant le fond du couloir était une chambre dans avec un cadavre empalé au mur. Une rapide fouille du cadavre me permit de trouver pendue à son cou une clé, ce qui mer permit d'en déduire qu'il devait s'agir de Dylan Feris. La porte au fond du couloir était à première vue un placard à vin. En s'attardant sur les bouteilles certains remarquèrent qu'il s'agissait en réalité d'une étagère masquant un passage et et cherchant il finirent par la faire bouger. Derrière se trouvait une énorme porte en métal avec une serrure et un système de code. La clé de Feris fit tourner la serrure mais nous n'avions pas le code. Je retourner chercher sur Feris en espérant d'abord trouver un tatouage sur son corps puis un pense-bête dans ses vêtements sans succès. Je décidais alors d'enfoncer la porte, et alors que je me concentrais sur celle-ci, je sentis taper derrière. J'en averti les autres et nous nous tînmes prêts pour lorsque la porte s'ouvrirait. Après deux tentatives la porte vola enfin et la créature qui était derrière tomba sous l'objet métallique. Notre samouraï chargea et la position défavorable de notre adversaire permit aux lames de mes alliés et à mon esprit d'en venir rapidement à bout.Il y avait là un escalier qui descendait. Avant de descendre nous décidâmes de commencer par vérifier la cave.
À la cave nous trouvâmes plusieurs casier à vin avec des bouteilles. D'un côté il y avait une ouverture et de l'autre le mur était effondré, donnant visiblement accès à l'escalier qui aboutissait à l'étage (expliquant ainsi pourquoi malgré la porte fermée les créatures rodaient dans la partie habitable.Nous laissâmes un membre monter la garde avec la tache de nous appeler si quelque chose arrivait des escaliers et nous allâmes voir ce qu'il y avait dans l'autre pièce. Une créature en armure avec une énorme épée s'y tenait, et alors que le reste du groupe hésitais, je pris l'initiative et attaquais le monstre. Le combat fut bref et douloureux. Notre samouraï chargea, manqua sa cible et manqua de se faire tuer et heureusement pour nous que notre pugiliste identifia le point faible du monstre pour y appliquer ses poings. La chose s'effondra et pour faire bonne mesure, nous le séparâmes de son épée et je passais encore un peu de temps à lui détruire l'intérieur.
Nous descendîmes au premier sous-sol où comme nous nous y attendions se trouvaient des bureaux. Dasn les premiers bureaux sur la droite nous trouvâmes des feuilles de comptabilité et un rapport de motivation de projet. Je récupérai ce dernier pour nos patrons. Les pièces en face étaient une salle avec plusieurs bureaux et de nombreux cadavres que nous fouillâmes et un grand bureau. Dans ce dernier se trouvait un meuble et dans ce meuble se trouvait tout un détail des expériences menées ici et de ce que nous devions nous attendre à trouver. Derrière une armoire un coffre fut également trouvé et crocheté.

«Les hommes pardonnent, moi pas», dernières paroles du diable dans le tome 5 des 7 vies de l'Épervier
http://danstonchat.com/15963.html

Re: Campagne : Au service de…

par Éric le Dim 30 Mar 2014 13:54


La dernière mise à jour du plan (dans tous les sens du terme à priori)

(cliquer dessus pour l'agrandir, puis lisez le texte en rose illisible - pas de ma faute, désolé - pour l'avoir en taille réelle et lisible)

J'ai un peu la flemme, le plan est là pour aider à comprendre et me prend déjà pas mal de temps à faire et la dernière fois il n'y a pas eu d'autres résumés, alors je pense que le style sera sommaire.

Étape 1, copier la liste des codes, ça pourrait servir si on est séparés ou si le possesseur de l'original meurt. Étape 2, aller voir au fond du couloir. Là, plusieurs, chambre (c'est vrai qu'il fallait bien héberger le personnel), dont une avec un cadavre (et dire qu'on n'a même pas fouillé ce corps…). À une des extrémités, des douches et des W, avec de l'eau qui goutte (plic… plic… plic…). Au-dessus des douches, dans le fond du couloir, une grille d'aération. Le plus fin d'entre nous (François) s'y engage, peut-être pourrons-nous rejoindre l'extérieur par là. Finalement non, le boyau qui remonte se rétréci, le seul boyau «praticable» descend. Du coup nous aussi, mais par les escaliers.
En dessous, encore un immense couloir… La première porte sur la droite donne sur une grande salle pleine de caisse d'environ 2 m * 0,8 m * 0,5 m. L'ouverture de quelques une nous a permit de confirmer ma pensée : de la matière première pour leurs expérimentations, des cadavres. Avons affronté et vaincu un égorgeur. La pièce en face est plus petite, elle contient du métal qui n'attend que d'être forgé et travaillé. Il y a aussi une cheminée mais un rapide coup d'œil à l'intérieur a permit d'éliminer ce passage de la liste des voix de sortie possible (liste qui décidément tend à rester vierge…). Le svelte veut aller uriner et remonter à l'étage, mauvaise idée de notre point de vue, qu'il aille faire ça entre les caisses. Peut après, on l'entend crier. Cet idiot avait une ourse dans une main et une tapette sur les doigts de l'autre. D'après le samouraï il s'agit de sa bourse. Notre pickpocket et bon pour une bonne correction et un petit somme gratuit dans la douleur. Ses cris ont encore rameuté un égorgeur. Heureusement que M. «je suis un ange» a quelques tours dans son sac et peut immobiliser et blesser ces créatures. C'est une bonne chose, parce que la dernière fois, contre l'araignée, il était plutôt resté planqué au fond.
Retour dans la forge. Il y a une porte vers une autre pièce. Cette pièce est une sorte de salle de dissection mais où l'on pratiquerait l'opération inverse : ici on reconstruirait plutôt les cadavres en les combinant avec les métaux trouvés dans la salle à côté pour former les égorgeurs et autres bestioles dont nous nous serions bien passé. Du bruit dans le couloir, allons voir.
Une lourde grille ouverte et des égorgeurs de l'autre côté. Tous contre la grille (nous d'un côté pour la retenir, les égorgeurs de l'autre qui tapent dessus pour l'ouvrir) pendant que le samouraï cherche une possible clé compatible sur son trousseau. Heureusement qu'il y en avait une, la grille est verrouillée. Les égorgeurs continuent à taper dessus sans grands succès mais quelques impacts à distances finissent par les éloignés. Nous pouvons vérifier les deux dernières pièces. Deux salles de rituel avec apparemment un parchemin permettant de lancer un sort pour ressusciter les cadavre que notre chérubin s'est empressé de brûler.
Le groupe est fatigué et mal en point, une pause est nécessaire. Retour à l'étage au-dessus, deux heures de garde chacun (sauf le pickpocket) et 6 heures de sommeil. Il semble que le voleur, si peut efficace en combat, soit par contre capable d'aider les autres à se rétablir. Au moins un bon point.
Les sous-sols suivants s'annoncent pires encore que le deuxième… Après discussion avec le groupe, nous pensons que notre seule chance est d'aller au 6ème sous-sol. Après tout, l'auteur des notes qui nous guident ne le connaissait pas. Nous y allons et nous verrouillons toutes les portes au passage, pas questions d'être pris entre deux bestioles. La porte du 5ème a pris des coups, nous la verrouillons et passons en silence. Entre le 5ème et le 6ème, un squelette. Un coup de sabre du samouraï et il ne reste que deux demi-squelettes.
Au 6ème sous sol, nous arrivons dans un sas que nous fermons derrière nous (le code pour entrer était sur la liste). En fac, une porte fermée. À gauche, une grille et un cadavre déchiqueté derrière. Pas de bouton ou de levier visible. Pas le choix, détruire la grille (avec un peu de concentration et d'investissement personnel c'est facile à faire…). Le levier d'ouverture du sas était planqué sous le pupitre. une antichambre et un couloir. Une porte au fond, une porte à gauche, et une lourde porte à droite. Dans la pièce à gauche, une machine détruite e tune pas détruite. Sur celle pas détruite, un levier en position «verrouillé». On y touchera plus tard. La porte en face a une serrure bizarre. Pendant que notre maître crocheteur/pickpocket s'affaire dessus, nous allons fouiller la pièce du fond. C'est un bureau, celui de Dylan Feris. Nous nous répartissons le mobilier pour fouiller rapidement. Je récupère un carnet de rendez-vous et quelques comptes-rendu d'expérience qui pourraient intéresser mes supérieurs. Notre tire-bourse n'ayant pas réussi à ouvrir la porte, pas plus que je n'ai réussi à détruire le mur qui semble protégé au même titre que les murs extérieurs du manoir et n'ayant rien trouvé dans le bureau, nous nous mettons tous en devoir de chercher quelque chose qui nous aurait échappé (mur creux, passage dissimulé derrière des étagères…). Une des étagère cachait un passage et après avoir un peu cherché nous finissons par accéder à une petite pièce cachée derrière. Dans cette pièce, une alcôve avec un levier, une petite boite, une sorte de clé étrange qui correspondrait à l'énorme porte à côté, et un manuscrit. Gueule d'Ange s'est emparé du manuscrit qui est s'intitule semble-t-il «Le Livre des Morts» et ne veut ni le détruire ni me le donner. Son collier ne semble pas faire d'effet, je ne peux donc pas récupérer cet objets. Je me contente donc de récupérer la clé. Notre voleur part dans l'alcôve et active le levier, l'alcôve commence à s'élever. Essayer de s'enfuir sans nous, il va le regretter. C'est finalement le samouraï qui en activant un autre levier a fait revenir la cage et la douleur du voleur s'envole. Nous ouvrons finalement la petite boite qui contenait 300 pièces d'or.
La clé nous a permit d'ouvrir la porte. une nouvelle salle d'expérimentation avec un «type 042» dans une énorme cuve et une boite de contrôle avec encore un levier en position «verrouillé» à coté. Nous sortons tous pour aller prendre l'ascenseur. Je quitte la pièce en dernier pour la verrouiller, et en tirant la porte, j'abaisse par télékinésie le levier. Aller-retour en ascenseur, la sortie étant verrouillée. Une sonnerie s'échappe de la grande pièce d'expérimentation, mais je ne la fait remarquer aux autres qu'après que notre séraphin ait abaissé le levier de la machine en état de marche dans la pièce en fasse. Nous reprenons l'ascenseur et sortons enfin. Il ne reste plus qu'à effondrer ce lieu, mais avant que je n'en ai eu le temps, une énorme abomination composée de cadavres surgit du sol. L'ange et moi sommes en l'air, mais avant que nous n'ayons pu fuir, un éclair aveuglant surgit de je ne sais où et le monstre et mis à terre. De nombreuses personnes armées d'arbalètes nous encerclent et nous devons nous rendre. Nous sommes délesté de nos armes et de nos sac, nos mains sont liées et nous nous retrouvons tous encagoulés.
À la question «Delacroix ou Steiner ?» je n'ai pas eu de réponse…

«Les hommes pardonnent, moi pas», dernières paroles du diable dans le tome 5 des 7 vies de l'Épervier
http://danstonchat.com/15963.html

Re: Campagne : Au service de…

par François Collet le Lun 5 Mai 2014 11:11


Après avoir été capturé, nous avons été enfermé dans des cellules séparées et plutôt bien traité. Après quoi chacun à son tour nos geôliers nous emmènent dans une salle pour nous poser des questions, auxquelles je répond honnêtement (les autres aussi mais je ne le sais pas). Puis quand tout le monde a été interrogé on nous rassemble et on nous apprends que nous travaillons déjà pour les mêmes maitres et on nous demande de chercher si il y a des survivants et de retrouver celle qui nous a envoyé dans le manoir. Là il me prend la mauvaise idée de tenter de voler le collier que l'on me remet autour du coup. Quelqu'un devra payer pour cette infamie...
Comme on avais un lieu de rendez vous avec cette dernière, on y va, mais malheureusement il s'agit en vérité d'une maison abandonnée, de ce que nous dis l'un des voisins.
De là plusieurs idées, d'une part aller voir au cadastre à qui appartiens la maison, d'autre part rechercher des survivants dans les hôpitaux. Les autres pensaient parler d'un accident de chasse, moi j'ai pensé à l'aile psychiatrique, et pour ne pas paraître louche nous nous somme séparés. Après avoir posé des questions, j'allais enfin avoir des réponses quand je m’aperçoit que ceux qui sont allé au cadastre se sont un peu trop éloignés de moi et je me sent mal. Je quitte donc précipitamment l’hôpital en prétextant un rendez vous oublié. Je reviens et refait la queue quand je me sent mieux, mais finalement rien ne correspondait à mes questions. Cependant mes questions ne recouvraient pas tous les cas et les autres en posent d'autres pendant que je les attends dehors et finalement nous retrouvons sullivan (pas sur de l'orthographe).
Nous retournons faire notre rapport à notre employeur qui nous dis que ce serait mieux de faire revenir ce dernier.

Re: Campagne : Au service de…

par Éric le Sam 10 Mai 2014 09:09


Bon, je n'avais pas prévu de le faire de suite, je pensais attendre la séance suivante pour faire un résumé u peu plus consistant (parce que c'est pas qu'on n'a rien foutu mais presque), mais puisque je ne sais pas quand elle sera et que je ne voudrais pas trop oublier, je vais m'y mettre…

La cellule de pierre avec une unique porte et pas de fenêtre qu'on m'attribua à notre arrivé dans un lieu qui m'était inconnu était plutôt grande et confortable. Après un peu d'attente et une bonne collation deux armoires à glace du type «OK Patron / Pan t'as mal» sont venues me chercher et m'ont fort aimablement conduit à leur patron. Après avoir un peu tourner autour du pot pour en savoir plus sur la personne que j'avais en face de moi, ses intentions et ses appartenances «idéologiques», j'arrivais à lui faire dire ce que je voulais : le groupe pour lequel il bossait. Et ô joie, le même que le mien. Je me mis donc en devoir de lui raconter tout ce qui nous était arrivé depuis la dernière fois que nous avions quitté Belfort, ainsi que ce que je pensais du reste du groupe. Je lui parlais de ma dernière entrevue avec un sois-disant membre de l'organisation qui était en réalité, comme je m'y attendais après avoir lu certaines notes dans le manoir, une traitresse. Puisque cette traitresse nous avait emmené chez elle et qu'il s'agissait du coup de son dernier lieu de résidence connu, nous nous y rendîmes pour trouver la maison vide et abandonnée. Le groupe fut alors chargé de la retrouver et de retrouver d'éventuels chercheurs survivant. Étant donné les circonstance, nous considérâmes deux pistes. Pour la traitresse Nuala, chercher du côté de la maison. Pour les survivants, chercher du côté des guérisseurs et les centres de soins pas trop regardants.

Le premier «guérisseur»/charlatan auprès de qui nous nous renseignâmes nous conseilla d'aller à l'hôpital. Nous y allâmes avec là aussi deux pistes. Les blessés graves et les personnes démentes traumatisée. La première fut un échec immédiat, rien ne correspondait. Le pickpocket tenta la deuxième piste pendant que le reste du groupe et moi partîmes pour le cadastre explorer la piste de la maison abandonné. Une rapide enquête nous apprit que la maison était abandonnée et appartenait à la ville. Cette piste aussi était morte. À notre retour à l'hôpital, le pickpocket n'avait pas avancé. Il avait toujours un collier autour du coup et tous nous l'avions oublié. Ce qui fait que lorsque nous étions partis pour le centre ville, je m'étais trop éloigne de lui et il avait dû tenter de me rejoindre, ce qui l'avait empêcher de progresser. Je l'avais en plus semble-t-il interrompu à un des pires moments qui soit. Je n'avais pas réalisé que la ville était si grande et je l'avais complètement oublié, con de moi. <HRP>Désolé François.</HRP> Quand nous revînmes à l'hôpital nous dûmes donc encore attendre que notre aimable soigneur-voleur arrive à obtenir les renseignements qu'il voulait et fasse lui aussi chou blanc.

Commençant à manquer d'idée et à désespérer j'allais parler météo à un vieille homme sur un banc. Nous parlâmes de tout, de rien, et des autres malades, notamment des dérangés. Il m'en indiqua un promettant u bon spectacle si j'arrivais à le stimuler par quelques paillardises, ce que je fis et qui nous fit beaucoup rire au détriment du personnel.

N'ayant pas d'autres piste nous décidâmes d'aller quand même jeter un œil au service psychiatrique, ce qui nous permit d'apprendre la présence d'un homme plonger dans un profond mutisme et qui pouvait nous intéresser, sa date d'accueil concordant notamment avec la période qui nous intéressait. La secrétaire s'étant montrée particulièrement bornée j'avais dû la malmener un peu, bien plus que je ne l'aurais voulu, mais au moins nous avions les informations que nous voulions. Nous pûmes donc voir le malade, et en plaçant judicieusement quelques mots au sein de paroles d'apparences anodines nous le fîmes réagir, confirmant ainsi qu'il s'agissait d'un rescapé.Le docteur refusant pour l'instant de le laisser partir, nous prîmes congé et promettant de repasser prochainement le voir et partîmes trouver un endroit ou passer la nuit. Je profitais de ma chambre d'auberge pour contacter par miroir notre patron et il fût décider que nous emmènerions le légume à notre patron.

«Les hommes pardonnent, moi pas», dernières paroles du diable dans le tome 5 des 7 vies de l'Épervier
http://danstonchat.com/15963.html

Re: Campagne : Au service de…

par Éric le Lun 12 Mai 2014 10:52


Ô grand MJ adoré, comme la prochaine séance n'est prévue qu'en juillet (bon courage pour tout ce qui va t'occuper en attendant), serait-il possible que tu trouves un petit peu de temps pour nous accorder de l'expérience s'il te plaît ?

«Les hommes pardonnent, moi pas», dernières paroles du diable dans le tome 5 des 7 vies de l'Épervier
http://danstonchat.com/15963.html

Re: Campagne : Au service de…

par Éric le Sam 1 Nov 2014 21:46


J'ai un peu modifier le début pour coller à la fin de la séance précédente. Longue période sans jouer et réintroduction de PJs obligent pour recoller les faux rapports.

En redescendant de ma chambre avec les instructions du patron, je découvre que mes camarades ont rencontré une vieille connaissance de Markusias, elle même accompagnée de deux amis. Qu'importe, si j'ai bien compris, cette connaissance a déjà travaillé pour nous par le passé (cette personne était déjà là lors de l'échec de Markusias si j'ai bien suivi les discussions de retrouvailles). Je ne sais pas si je dois m'en réjouir, mais les trois personnes en plus à notre table semblent disposées à travailler gratuitement pour moi (et donc indirectement pour mes patrons). Nous irons donc dès cette nuit récupérer Sullivan.

Nous ne serons que trois à pénétré dans l'asile pendant la nuit. Moi-même, je tiens à être le plus près possible de Sullivan dans cette opération, mon collègue soigneur et kleptomane, et une femme magnifique capable d'entrer discrètement dans tout type de lieu, ce genre de personne faisant cruellement défaut dans notre groupe. Les autres ont récupéré une charrette et devront nous attendre dehors. Quand la nuit est bien avancée et que nous estimons que le personnel doit être fatigué et plus très alerte, nous nous introduisons dans l'Asile sans difficultés et nous dirigeons vers le quartier des pensionnaires à liberté restreinte. Afin d'éviter ce que nous pensons être une ronde de médecin alors que nous sommes dans un escalier, nous nous précipitons à l'étage pour tomber nez à nez avec un pensionnaire noctambule et insomniaque. Nous n'avons aucun mal à le convaincre que notre présence en ces lieux n'avait rien de choquant, il m'a fallut le rassurer pour que nous puissions repartir sans qu'il ne crise. Nous sommes arrivés à l'entrée du service qui nous intéressait, le médecin de faction dormait. Un petit coup sur le crâne pour alourdir son sommeil et nous avons pu récupéré les clés du service. À l'intérieur, le collègue médecin a commencé par chercher un somnifère pour éviter les ennuis avec Sullivan. Pendant ce temps, la femme et moi somme resté aux aguets dans le couloir, devant la porte. Un pensionnaire un peu bruyant et excité a nécessité un petit coup sur le crâne (petit coup à travers la porte). Un groupe de personnes est descendu de l'étage supérieur et nous nous sommes tous planqués dans la réserve médicale le temps de leur passage. Après leur départ nous sommes allé cueillir Sullivan, mais nous avions était devancés. Les personnes dont nous nous étions cachés dans le service des patients à risques ! Nous nous sommes précipités à leur poursuite. En arrivant dehors, nos collègues les avaient déjà repéré et avaient commencé le travail de neutralisation/récupération (merci à Ichiro pour son initiative et son habileté hors du commun).

J'ai ramassé une personnes amochées dans le parc de l'hôpital qui s’avérerait par la suite être un des ravisseur et le fit lévité à quelques centimètres du sol pour le traîner facilement à l'extérieur. Là les employés avaient disparu, l'un étant visiblement à la poursuite d'une voiture (cramponné à son toit pour être exacte), et voyant leur ami tirer sur ladite voiture avec son arbalète, je décidais de travailler à sa destruction avant qu'elle ne disparaisse dans une rue perpendiculaire. Le coup du porter car peu après le virage, un grand fracas nous annonça la destruction de la voiture, destruction rapidement confirmée par un visuel des lieu. Ichiro était indemne, son adversaire était en piteux état (mais quelques bandages pour stopper les hémorragies permirent de le garder en vie), Sullivan gisait au sol, et l'attelage était détruit. Une petite piqure pour calmer Sullivan et éviter qu'il ne s'affole, et tout le monde de retour à notre carriole.

Sullivan et nos deux prisonniers sur la carriole, nous sommes sortis de la ville pour rejoindre un endroit au calme hors de la ville, en nous mettant en direction de Keith (ce qui au passage devrait nous faire repasser par Desmont ou dans ses environs, brrr). Le premier prisonnier, celui en meilleur état ne savait rien, et son collègue (après avoir était réveillé), se montra fort peu coopératif. Nous avons donc dû menacer de ne laisser vivre que celui qui parlerait pour délier les langues. Un seul en savait assez, le deuxième. Nuala (par déduction avec la description physique de leur employeur) les avait chargé de récupérer Sullivan, de le livrer à une adresse précise, et leur faisait boire des potions pour leur effacer la mémoire. Celui qui n'avait rien à nous apprendre fut exécuté froidement (contre mon avis, mais laissons aussi les autres s'amuser un peu). Le survivant porte désormais le collier esclave et va devoir nous faire approcher Nuala.

«Les hommes pardonnent, moi pas», dernières paroles du diable dans le tome 5 des 7 vies de l'Épervier
http://danstonchat.com/15963.html

10 messages
Page 1 sur 1

Aller à

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron