[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 488: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/bbcode.php on line 112: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4762: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3897)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4764: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3897)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4765: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3897)
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/includes/functions.php on line 4766: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at [ROOT]/includes/functions.php:3897)
Club Légendes, jeux de rôle à Nancy • Afficher le sujet - Campagne : Le Coffre
8 messages
Page 1 sur 1

Campagne : Le Coffre

par Éric le Sam 18 Jan 2014 23:42


Ceci est un résumé de la campagne de Vince principalement du point de vue de mon personnage (et donc avec l'accent sur ce que MOI j'ai fait) et avec quelques compléments de ma part. Merci de me laisser ces deux couleurs (0000BF et 008000) pour la narration et de faire vos commentaires en noir (ou vos compléments à la narration d'une autre couleur si vous le souhaitez).

Je vie une perpétuelle fuite en avant, un exil continuel et sans cesse renouvelé pour des raisons que les Âmes (d'un point de vue RP, le flux des âmes, d'un point de vue moins RP, le MJ) connaissent. Et pourtant, alors que j'étais rejeté de tout côtés, ma situation a récemment changé. Avant d'aller plus loin, précisons que mon apparence physique et mon odeur naturelle de rat crevé dans les égouts ne sont pas des atouts dans notre société, à moins que l'on ne souhaite être rejeté par tous.

Pour moi, l'histoire commence avec mon banal réveil dans l'écurie abandonnée d'une auberge désaffectée de Port-Rue, mais pour ceux qui m'accompagneront pour quelques temps, l'histoire est plus ancienne.
Les autres joueurs ont semble-t-il été recrutés pour retrouver un coffre et deux d'entre eux ont été kidnappés. Alors qu'il me semblait que l'auberge été vide depuis des lustres, et que je me reposais après quelques jours de marche, des bruits étranges en provenance de l'auberge me tiraient de mon sommeil. Cédant à une curiosité maladive plutôt qu'à la prudence qui me recommandait de déguerpir au plus vite, je m'aventurais dans le bâtiment aussi silencieusement que possible afin de voir ce qui s'y passait. Comme je m'y attendais, une épaisse couche de poussière couvrait le sol, mais néanmoins trois cadavres récents gisaient au milieu de ce qui avait été autrefois la grande salle de l'auberge. N'étant guère fortuné, je me jetais sur ces derniers en espérant y trouver quelques pièces qui m'auraient bien arrangé. Je trouvais effectivement quelques sous, mais avant que je n'ai eu le temps de terminer ma macabre exploration, j'entendis des bruits de pas indiquant que des personnes descendaient de l'étage. N'écoutant que ma bravoure, je me cachait courageusement derrière ce qu'il restait du comptoir. Ma cachette n'était pas très bonne, et probablement n'ai-je pas non plus été des plus discret, car rapidement une énorme épée entreprit de défoncer ce qui restait du comptoir et manqua de m'ôter la vie. Deux colosses en armes et armure se tenaient en face de moi et commencèrent à m'interroger sur ma personne et sur la raison de ma présence en ces lieux. N'ayant que ma triste situation comme vérité à leur donner, je me mis en devoir de leur répondre. Il faut croire que mon état physique et mon odeur me furent d'un grand secours dans cette opération car ils me crurent et voulurent même m'offrir une douche avec ce liquide maudit qu'est l'alcool (j'y suis allergique). Ajoutons au passage que celui qui avait achevé ce pauvre comptoir était muet. Ils m'intimèrent de partir et n'ayant nul part où aller ni aucun objectif pour l'heure, je me contentais de sortir du bâtiment et d'attendre. Après un temps, lorsqu'il me semblait que ces gens devaient avoir quitté les lieux, je me décidais à y retourner en quêtes d'outils ou de bien qui pourraient me servir pour la suite. Il y a probablement des erreurs de narrations et des incohérences avec le vrai scénario mais déjà alors je n'étais pas sûr de la situation, depuis j'ai en partie oublié. Alors que je vaquais à mes recherches, le muet reparut, et bien qu'il ne fusse guère heureux de me revoir au premier abord, il me fit néanmoins comprendre qu'il cherchait de quoi faire une torche, ou tout au moins, de quoi éclairer. Voyant là une occasion de me faire apprécier (chose rare en ce monde), je m'emparais d'un pied de chaise enflammait une des extrémités d'un geste de la main (mon côté pyrokinésiste) . Ceci sembla l'impressionner, et après avoir ainsi allumer quelques torches, il m'invita à rejoindre le reste de son groupe. Le groupe comportait alors lui-même, le deuxième colosse précédemment rencontré, un guerrier en armure avec pavois et épée lourde, un quatrième personnage et un prisonnier attaché. Nous nous trouvions alors quelque part dans un couloir sous l'auberge et nous arrivâmes rapidement devant une lourde porte blindée. Le deuxième colosse demanda au prisonnier de l'ouvrir, et alors que nous nous attendions tous à le voir sortir une clé ou éventuellement à prononcer un mot de passe, le prisonnier se contenta de caresser la porte. Oui, de caresser la porte. Et celle-ci sortit littéralement de ses gonds et vola littéralement à travers la pièce qui se trouvait derrière. (Technique d'impact télékinétique avec un maximum de boosts et une grosse réussite, Michel jouait sa vie sur ce test. Résultat, un impact avec une force équivalente de 18.) Après cela, l'attitude des gardiens envers le prisonnier changea radicalement. La peur et le respect se lisaient à présent dans les yeux du groupe ! La salle derrière la porte contenait moult trésors et nous nous mîmes en devoir de les mettre dans nos sacs. Grâce à une petite astuce, parce que le courant passait bien entre le muet et moi, et parce qu'il était particulièrement fort, j'augmentais le volume interne de son sac. (Mon côté mage.) Je ne rentre pas dans le détail de l'analyse des boucles d'oreilles car comme mon personnage ne les a pas récupérées et n'en profitera finalement pas, il préfère les oublier et ne considère pas ce point comme important. Comme il semblait que ces messieurs avaient encore des comptes à régler cette nuit, (on peut remarquer ici un décalage entre mon perso qui vient de rejoindre la campagne pour qui l'histoire se passe le jour et la réalité de la campagne puisqu'en fait il fait nuit) s'en suivit une longue discussion pour décider de la suite des événements, et notamment de ce qu'on allait faire de ce trésor. Il fût finalement décidé qu'il serait enterré à l'extérieur de la vile puis que le groupe se rendrait sur le port à la recherche d'un coffre qui semblait leur tenir à cœur.

Lorsque mes compagnons arrivèrent enfin devant le navire qui les intéressait (toujours avec leur prisonnier), la rampe étant relevée, ceux-ci se mirent à imaginer toutes sortes d'idées de détours pour monter à bord, tant et si bien que je finis par me prêter au jeu. Finalement l'idée la plus simple nous vînt du prisonnier qui nous indiqua de nous cacher sur le quai pendant qu'il appelait ses désormais anciens collègues sur le pont pour qu'ils descendent la planche et permettent pour leur malheur au groupe de monter à bord. Alors que j'étais caché derrière une pile de caisse avec le muet, je signalais à celui-ci qu'il y avait au moins trois hommes à bord. Dès que la planche fût baissée et que l'ex-prisonnier eut commencer à l'arpenter, les guerriers du groupe chargèrent. Sur le pont et dans les cabines le fer rencontra le fer, le sang coula,l'équipage fut neutralisé, et je me hâtais lentement afin de n'arriver sur le navire qu'après les combats.


~~~~
Fin de ma première séance.
~~~~

Le navire était entre nos mains, mais puisqu'il s'agissait du navire d'un capitaine pirate connu et que le groupe n'aurait pas été capable de le manœuvrer, nous ne retînmes pas l'idée de le garder. Pendant que mes camarades interrogeaient l'équipage, je parcouru le navire à la recherche d'éventuelles pièces de cuivre et de nourriture. Dans la cabine du capitaine une lettre fût découverte qui indiquait au groupe que le coffre qu'il recherchait ne se trouvait plus ici mais dans la ville d'où ils étaient partis (Port-Meidel, merci la carte d'Anima). Lorsque je retrouvais le reste du groupe, le muet et le deuxième colosse avaient disparu (absence des PJs) et le guerrier en armure semblait avoir découvert d'une mystérieuse façon qu'un autre de leur compagnon était captif d'un seigneur pirate et allait être exécuté le lendemain si nous ne le libérions pas avant. Dans le même temps, ce guerrier avait découvert une façon d'arriver relativement sans encombres jusqu'au prisonnier. Je ne sais comment il fait, mais jusqu'ici ses prédictions se sont révélées fiables et le reste du groupe semblait lui faire confiance. Nous décidâmes de miner le navire (tonneau de poudre avec une mèche) de façon à ce que celui-ci explose pendant que nous libérerions le prisonnier (NB : le prisonnier de la séance précédente est à présent intégré au groupe, le terme fait désormais référence au prisonnier du seigneur pirate) et serve de diversion. Bien que j'eusse aimé expérimenter le feu sur les pirates prisonniers, il fût décidér de les abandonner ligotés dans une barque dans le port.

Nous nous introduisîmes dans la propriété du seigneur pirate en franchissant le mur d'enceinte à l'arrière. L'ex-pirate et moi même n'étant pas sportif pour deux PC (pièces de cuivre), nous dûmes nous faire aider pour franchir les trois mètres de haut. Nous arrivâmes sans encombre au soupirail grillé annoncé par le guerrier en armure. Après que celui-ci ait tenté sans succès d'écarter les barreaux à la main, le samouraï entreprit de les écarter à l'aide d'un ingénieux jeu de force basé sur la torsion de cordes. Alors que nous allions nous y introduire nous fûmes repérés par des chiens et sans hésiter je sautais dans le soupirail. L'ex-pirate et le guerrier en armure restèrent à l'extérieur pour nous faciliter la sorti (le dernier ne passant de toutes façons pas par le soupirail), le samouraï me rejoignit et nous partîmes chercher la cellule du prisonnier. Encore une fois les prédiction du guerrier se révélèrent exactes et nous le découvrîmes dans un triste état. Ses geôliers l'avait gardé présentable pour l'exécution mais ne l'avait pas pour autant ménagé, et c'est à peine s'il pouvait tenir debout. Nous dûmes le porter et l'aider à sortir. Une fois dehors l'alerte générale avait été donnée.
Pendant que nous étions dans le bâtiments, les deux qui étaient resté dehors avaient massacré un chien mais l'alerte générale avait été donnée. Les deux combattants s'emparèrent de leur ami et coururent en direction du mur. L'ex-pirate parti beaucoup moins vite mais je restais franchement à la traîne à cause de mon inaptitude à courir. Je tentais de ralentir mes poursuivant avec une zone de flammes derrière moi, mais je dois mon salut principalement à mes compagnons qui m'ont attendu et aider à franchir le mur pour m'enfuir. Alors que j'étais sur le mur, je m'arrêtais un instant pour me concentrer, et fortifié par les récents événements je déchainais une mer de flammes sur nos poursuivant, le manoir et toute la propriété en général. Jet deux fois ouvert sur la technique de flamme pour un résultat final au-dessus du surhumain, beaucoup de chance, surtout d'avoir été capable de lancer la technique assez loin pour finalement ne pas être dans la zone d'effet ! N'ayant plus rien à faire ici et ayant du travail à Port-Meidel, le groupe allât récupérer le trésor enterré. N'ayant plus de raisons de rester avec nous, l'ex-pirate s'enfuit dans une autre direction

~~~~
fin de ma deuxième séance
~~~~

Après quelques jours de voyage qui permirent à l'évadé de se soigner à une vitesse prodigieuse grâce à un sort de régénération du mage-guerrier, au mage guerrier de satisfaire sa cleptomanie et à moi de trouver et cueillir quelques champignons pour pouvoir en faire plus tard du poison, voyage en grande partie ellipsé, le groupe arriva à Port-Meidel. Le reste du groupe est allé retrouver son employeur et rapporter l'avancement de leur mission, prendre quelques renseignements et faire estimer les boucles d'oreilles. J'ai pu demander au guerrier en armure de faire quelques emplettes pour moi (et j'ai aussi appris au passage qu'il semble être noble, si ce n'est pas la classe le clochard rejeté de tous qui envoie le noble faire ses courses). J'ai ensuite pu me reposer tout l'après-midi et ils sont revenus me chercher le soir. Étant souvent seul, c'est avec joie que j'ai accepté de les suivre. Quelle erreur monumentale ! Ils sont allé fouiller la cheminée d'une maison pour lire un reste de papier brûlé, mais dans cette maison se trouvait mon pire cauchemar : un oreiller bien en évidence sur le lit au milieu de la pièce unique. C'est à peine si je pouvais me cacher derrière la cheminée. Ils ont accepté de cacher l'oreiller sous le lit et j'ai pu étudier le bout de papier brûlé qu'ils avaient trouvé, mais seule une partie était lisible :
La date d****************************est encore inconnue
mais nous v*************************prêts au plus tôt.
L'objet est requis au plus ********************************
Rendez-vous à l'Hôtel Bleu*******************************
le 5 décembre *********************************

(Les astérisques représentent les parties manquantes.) Malgré l'étrange capacité d'un des membres du groupe à reconstituer le papier brûlé, le texte n'a pas pu être reconstruit et ceci reste à mes yeux un charabia sans queue ni tête. J'aurais aimé profiter de cette maison abandonnée pour passer la nuit mais la présence de l'oreiller m'en a dissuadé et j'ai finalement opéré un replis stratégique (la course en criant HHHHHHHHHHHHHHHHHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) vers l'écurie où j'avais déjà passé l'après-midi. Heureusement que j'avais dormi plus tôt parce que cette nuit fut l'une des mes pires nuits, hantées d'oreillers. À ce stade le reste du groupe me craint à cause de l'épisode du manoir et hésite à me lâcher dans la nature. En attendant ils sont retournés voir leur employeur pour récupérer le prix des boucles d'oreilles et se sont fait attaquer en chemin. Celui que nous avions libéré en dernier a encore prit un mauvais coup et est à nouveau en piteux état. Bien sûr, je ne suis au courant de rien de tout ça.

~~~~
Fin de ma troisième séance (séance du jour)
~~~~

«Les hommes pardonnent, moi pas», dernières paroles du diable dans le tome 5 des 7 vies de l'Épervier
http://danstonchat.com/15963.html

Re: Campagne : Le Coffre

par Vince le Lun 20 Jan 2014 23:23


Voici donc votre histoire. Le texte est bien écrit, je pense que l'on pourrait avoir quelque chose de publiable. D'après les sources dont je dispose, il ne semble pas y avoir d'erreurs particulières, rien qui ne devrait être modifié si l'on s'en tient à vos connaissances en tout cas.

Mais peut-être qu'un autre témoin, voir même un acteur de ces histoires pourrait nous offrir une autre version. Voyons donc la suite, car l'avenir décidera du prix de ce récit.

Re: Campagne : Le Coffre

par Michel M le Mer 22 Jan 2014 15:45


Bon, je vais faire simple et direct : il est possible que j'ai quelques ennemis. Disons que nous avons eu nos différence et que nous sommes d'accord sur le fait que tout est de la faute de l'autre. Ce qui est à moitié juste. Tout est de sa faute. Malheureusement, il peut appuyer ses arguments avec un mini empire pirate, alors que je n'ai que la vérité.

Bref, cette histoire a commencé sur un bateau. Je sais que vu ce que j'ai écrit au paragraphe précédent, je ne devrais pas m'y aventurer, mais il arrive qu'on n'ait pas le choix. Ce bateau, sur lequel j'étais, a été attaque par un navire pirate, pour des raisons qui pour une fois était totalement étrangères à ma présence. Ne voulant pas vraiment avoir à nager jusqu'à la côte qui était à ce moment assez éloignée, ceux qui le pouvaient se sont défendus, et avec une aisance surprenante les pirates ont été repoussés. Peut être que par la suite, si je n'avais ponctué leur retraite d'un coup de canon, les choses auraient été différentes, mais de mon point de vue les pirates et moi ne pouvions moins nous entendre.

Nous avons par la suite été engagé par un voyageur pour retrouver un coffret que ces pirates auraient dérobé. Cela nous amenaient directement à Port Rue, le royaume des pirates et le dernier endroit où j'avais envie de me trouver. Mais eh, après tout, c'était aussi le dernier endroit où ils s'attendaient à me trouver, non ? Un aller retour incognito devait être faisable sans problème.

Des fois j'ai vraiment des idées stupides.

Entrer dans la ville ne fut pas difficile. Trouver l'auberge où nos pirates se reposaient ne l'a pas été vraiment plus. Sous estimer leur nombre et aller nous jeter dans la gueule du loup encore moins. Nous nous en sommes sortis par une diversion explosive et pas du tout discrète, mais le mal était fait. La nuit même, la garde du Graff fouaillait notre auberge. A mon crédit, j'ai failli m'en sortir, et si la maison d'en face n'avait pas bougé en plein saut, ils me courraient encore après. Malheureusement, le destin n'est pas fair play et les hommes du Graff apparemment des anciens coureurs de 100m olympiques. La réunion ne fut pas très amicale, et je laisserais à un collègue le soin de combler ce qu'il se passa durant ce temps.

Là où l'histoire prend un virage à 90°, c'est lorsque deux personnes, une connue et l'autre à l'hygiène douteuse, débarquent dans le donjon souterrain du manoir de Graff. La suite est un peu floue, mais je crois me rappeler quitter un manoir englouti par les flammes, poursuivi par une bande de pirates en colère, comme quoi les bonnes habitudes ne se perdent pas.

Le groupe, curieusement plus riche qu'au départ, me mis au parfum durant ma convalescence pendant le trajet de retour à Port Medeil, où le coffret se trouvait. Une entrevue avec notre commanditaire, le temps de semer des gens sûrement mal intentionnés qui me suivaient, une visite à une maison à moitié délabrée où nous trouvons une lettre à moitié brûlée, et le destin se rappelle de mon existence et nous place face à un groupe de mercenaires en ayant après nos vie. Suite à ce coup du sort, me retrouvais allongé à méditer sur le sens de la vie et les bienfaits de l'esquive réussie.

Mais bon, restons optimiste, au moins il ne pleut pas.

Re: Campagne : Le Coffre

par Thomas D le Mer 22 Jan 2014 20:03


La liberté...

Qu'il est amusant de voir ce qu'un misérable nordique comme moi a pu devenir en quelques années. Bon, j'en ai chié, mais si aujourd'hui je peux parcourir le monde avec la bourse bien remplie, c'est uniquement à force d'efforts et de volonté. Je me suis battu pour en arriver là! Je revois les foules qui m'applaudissaient tandis que je mettais à terre mes adversaires. L'arène m'a rendu immensément riche pour le prix de quelques cicatrices... Un coup de lance hasardeux m'a aussi privé de ma voix mais c'est un sacrifice acceptable pour la vie que je mène aujourd'hui. Je peux voyager au gré de mes envies et me battre uniquement quand j'en éprouve l'envie. Bon, il faut avouer que j'ai du mal à me passer de cette douce sensation qu'est l'excitation d'un combat. C'est pourquoi je n'hésite jamais à offrir le service de mon épée! Surtout si il y a un bon petit paquet de pièces d'or à la clef...

C'est d'ailleurs ce qui m'a conduit à Port Rue, ce maudit repaire de brigands! Profitant de l'empoisonnement de tout l'équipage du navire (et de moi même malheureusement) sur lequel je voyageais tranquillement, des pirates nous ont en effet attaqué et ont réussi un coffre assez précieux pour que son propriétaire décide d'embaucher une équipe d'aventuriers triés sur le tas afin de le retrouver.

Peu doué dans la recherche d'indice, je laissai mes nouveaux camarades retrouver la trace de ces malandrins et ils le firent avec plus ou moins de grâce. Guidé par des membres de l'équipage faits prisonniers, une partie de notre groupe s'élança en éclaireur en direction de Port Rue. La route fut assez longue mais la générosité d'un de nos compagnons nous permit de nous abriter dans une ferme qui se trouvait sur le chemin pendant la nuit. Notre petit groupe ne manqua pas de croiser une patrouille de ce qui semblait être des gardes avant d'entrer dans la ville et ils se contentèrent de nous prévenir que se balader dans Port Rue avec nos riches vêtements n'était peut être pas une bonne idée.

A juste titre! Car à peine nos compagnons retrouvés et nos premiers pas dans la ville faits, v'là ti pas que nous nous faisons attaquer par de sombres coupes jarrets. Pas de chance pour eux, notre petit groupe se révéla être plus puissant qu'ils ne l'avaient prévus et ça se termina en un véritable bain de sang pour eux. Le jeune homme qui m'avait demandé de veiller sur lui pendant qu'il "dormait" quelques temps plus tôt trancha littéralement un homme en deux d'un seul coup d'épée!

Grâce aux renseignements glanés par nos éclaireurs, nous n'avons eu aucun mal à trouver l'auberge où se terrait le capitaine du foutu navire qui nous avait attaqué. Malheureusement, notre groupe n'était pas seulement dangereux pour ses adversaires, il était aussi terriblement instable et risqué pour ses propres membres! En effet, alors que engagions le combat contre le capitaine (et que j'expérimentais pour la seconde fois ma résistance extraordinaire face aux attaques à l'épée), un abruti trouva le moyen de mettre un baril de poudre au milieu de la cheminée. Le souffle fut violent et je me souviens juste avoir volé jusqu'à la porte avant de perdre conscience...

A mon réveil, j'étais désarmé et ligoté dans ce qui semblait être le niveau supérieur de l'auberge (l'odeur de bois brulé et de poudre ne laissait pas le moindre doute à ce sujet). Encore une fois, je me retrouvai en face de deux débiles profond qui se mirent en tête de me passer à tabac dans l'espoir que je leur explique la raison de notre attaque. A aucun moment ils ne comprirent que je ne pouvais absolument pas parler et continuèrent donc à frapper comme des entêtés pour n'obtenir que des grognements. Notez qu'au bout d'un moment, mon étrange résistance disparut et je finis donc par sentir les coups de ces idiots.

Ces cons avaient réussi à me mettre méchamment en colère...

Heureusement pour moi, mes camarades finirent par faire irruption dans la pièce et tuèrent un de mes bourreaux avant de capturer l'autre (celui qui avait regardé la scène sans intervenir) qui se rendit avec une vitesse assez ahurissante. Il restait néanmoins un idiot caché dans une dernière pièce et mes camarades commirent l'erreur de me laisser seul avec cet individu et une colère accumulée depuis des heures à force de tortures. Autant dire que lorsque je quittai la pièce, le pauvre bougre était un peu éparpillé dans toute la chambre et mes vêtements n'étaient plus que sang et tripes. Avais-je oublié de préciser qu'il ne faut absolument pas m'emmerder?

Bref, à ma sortie de la pièce, je trouvai mes compagnons en train de questionner notre prisonnier, ce qui ne manque pas de me faire absolument chier. Mon esprit vacant ailleurs, je ne manquai pas d'entendre des bruits de pas à l'étage du dessous. Accompagné d'un camarade, je dévalai les marches du petit escalier pour arriver dans la salle principale, complètement dévastée. Trois cadavres frais jonchaient le sol, achevés par mes compagnons. Sans difficulté, mon ami et moi avons finit par trouver l'origine du bruit en la personne d'un être étrange aussi repoussant que mystérieux. Son odeur, son visage, tout était repoussant. D'ailleurs, s'il n'avait pas hurlé à tout va qu'il était allergique à l'alcool, il aurait pris une bonne douche à la bière ! Je n'y crois d'ailleurs toujours pas mais dans le doute... Bref, nous laissons finalement partir ce pauvre gueux et remontons à l'étage pour apprendre que notre "invité" pouvait nous conduire dans l'espèce de salle du trésor que contenaient les sous-sols de l'auberge. Tout le petit groupe descendit dans ces fameux sous-sols mais il s'avéra qu'il n'était pas éclairé. Je remontai donc à l'étage pour trouver de quoi faire une torche et fut surpris de tomber à nouveau sur le loqueteux. Ne me demandez pas pourquoi je ne l'envoyai pas à nouveau paître, je ne saurai vous dire ce qui me poussa à lui expliquer en signes ce que je cherchais. En fait ce qui importait c'est que cet homme à première vue si faible était capable de prouesses étonnantes. En effet, d'un geste de la main, il mit le feu à un pieds de chaise. A la fois fasciné et effrayé par ce petit bout d'homme, je décidai de m'en faire un allié et l'invitai, en échange de quelques pièces, à m'accompagner. Ce fut une sage décision car une fois dans la salle du trésor (ouverte violemment par une simple caresse de notre prisonnier), ce dernier trouva le moyen d'agrandir la contenance de mon sac ce qui me permit de transporter cinq fois plus de butin!

La suite fut assez chiante. Les autres mirent un temps fou pour décider que faire de leurs trésors pendant que nous attaquions le navire du capitaine pirate (et oui, pas de chance, le coffre que nous cherchions n'était pas là!). Au final, ils décidèrent de sortir de la ville pour enterrer leur butin. Personnellement, je gardai tout sur moi, le poids ne me gênant pas pour combattre. Un fois les trésors cachés, nous nous sommes fiés au prisonnier pour qu'il nous guide au bateau recherché. Grâce à lui, les matelots descendirent le pont et une fois le dos tourné, nous n'avons eu aucun remords à déclarer la charge. (J'avais bien proposé de passer par un autre bateau pour aborder le navire pirate mais difficile d'avancer de bons arguments quand on ne peut parler!). Le combat fut bref mais intense! Trident, épées, haches, poings, les armes frappèrent et les pirates tombèrent finalement sous nos coups. Il ne restait plus qu'à questionner les survivants pour trouver ce fichu coffre...

N'ayant participé qu'à deux séances, avec un perso qui a changé d'identité entre temps, ce fut assez compliqué de faire un joli résumé cohérent. J'espère toutefois que les petits détails dont je me souviens ne sont pas totalement erronés :P

Re: Campagne : Le Coffre

par Benjamin le Jeu 23 Jan 2014 10:27


Il y quelques semaines que sa je vivais encore chez moi , j'avais de la nourriture saine , je pouvais m'endormir sans avoir peur de me réveiller avec ma bourse allégé ou mon sac dévalisé ... mais c'état avant que l'inquisition vienne mettre son nez dans mes affaires j'ai donc du partir a l'aventure pour ne pas plus attirer l'attention de ces extrémistes , Quoi de mieux qu'une ville comme Port Meideil ou les gens louchent ne manquent pas .
Je suis donc arrivé en bateau à Port Meideil et forcément les pirates nous sont tombé dessus et ont volé un coffre qui a l'air très important pour son propriétaire , finalement sa aura plutôt été une bonne nouvelle pour moi car cela m'aura permis de recevoir ma première mission en tant que mercenaire . Mais les choses n'ont pas été si simples , Un de ces fanatiques de l'inquisition qui traînait dans le coin et à décidé de se joindre a moi pour cette mission ( et en plus d'être désobligeant il a eu le bon gout de se faire manquer de respect par une sorte de pigeon plutôt louche ) néanmoins j'ai eu l'occasion de rencontrer d'autres combattants dont 2 qui ont une agilité plutôt surnaturelle et qui sont probablement là pour des raisons similaires aux miennes. Nous nous sommes donc rendue à Port rue , probablement le pire endroit ou je suis jamais allé et ce n'est pas ces derniers jours qui me donneront une meilleur image de cet endroit , après avoir trouvé dans une auberge un pirate qui pourrait être lié au vol du coffre nous avons pus remarqué que nous étions dans une auberge remplie de pirates pas forcément content de notre présence et de notre tact ... et c'est ainsi que nous avons fait exploser une taverne , au point ou nous en étions faire exploser le bateau de ce cher pirate ne pouvait pas nous faire d mal , là ou les choses se sont un peu compliqué c'est lorsque des gardes apparemment aux ordres d'un certain De Graff ( pas faute d'avoir essayé d'être discret il a fallut qu'on se fasse remarqué par un des seigneur pirate ) sont venu cherché un des 2 autres combattants de notre groupe , ainsi j'ai pus apprendre qu'il était recherché par De Graff en personne pour avoir essayé de partir avec sa fille , franchement au point ou nous en sommes sa ne me choque même plus , nous avons donc essayé d'allé le sauver avant son exécution publique . Je vais en parler maintenant puisque qu'il s'est fait remarqué , les autres ont trouvé quelqu'un ... il était dans une cave il sentait mauvais , il pratique la magie de façon tout sauf discrète et il ne doit pas avoir que des amis dans cette ville ( surtout maintenant ). C'est ainsi que ce cher monsieur a pensé qu'il était de bon gout de mettre le feu à l'intégralité du terrain du seigneur pirate chez qui nous somme allé récupéré un certain prisonnier. Après avoir fuit la ville avec tout les pirates ( et membres de l'inquisition si il y en avait dans le coin ) a nos trousses nous sommes arrivé à Port Meideil pour faire un compte-rendu à notre employeur. grâce à des papier de comptabilité trouvé dans le bateau pirates que nous avons fait explosé 1 semaine auparavant nous avons put récupéré le nom de la personne qui possède le coffret que nous devons récupérer ainsi que l'adresse ... ou elle ne réside plus , et en nous rendant à nouveau chez notre employeur nous avons forcément rencontré des pirates , j'ai ainsi simulé un KO pour pouvoir suivre un de ces pirates qui fuyait pour savoir à quel point nos problèmes sont énorme désormais.

Je comprend enfin l'humanité. Vous regardez chaque jour la mort et l'inconnu en face, mais vous trouvez le courage d'aller de l'avant. Être l'un des vôtres est un honneur.
Tyrael Archange déchu de la justice.

Re: Campagne : Le Coffre

par Éric le Dim 26 Jan 2014 09:14


La nuit avait été agité et mes rêves hantés d'oreillers, quelle horrible nuit ! Le matin, ne voyant pas mes compagnons venir (qu'ils me laissent après nos aventures communes ne me surprenait pas mais je ne pouvais néanmoins m'empêcher de ressentir de la tristesse à l'idée d'être à nouveau seul) (pour savoir ce qui leur est arriver, lire le récit de mes co-PJs) , je me mis en quête de leur Hôtel Bleu, espérant les y retrouver. Ne trouvant rien de correspondant, je me dirigeais alors vers le port, pensant qu'il pourrait s'agir d'un navire. Une idée m'aillant au passage traversée l'esprit, je me mis également en quête d'un grand sac de farine vide, ce que je trouvais sans soucis. La faim me tiraillant, je décidais de changer de direction et m'orientais vers le marché. Alors que je regardais les étales me demandant ce que j'allais m'acheter, j'aperçus mon «ami» muet qui tirait derrière lui ses coffres à l'aide d'une corde (j'avais cessé de maintenir son sac et celui-ci avait du exploser), aidé par une autre personne que je ne connaissais pas. Je gesticulais et criais dans sa direction tout en restant suffisamment loin pour qu'il puisse m'ignorer sans honte - fait surprenant, tout le monde n'a pas envie de s'afficher avec moi - (et aussi pour pouvoir m'enfuir si il décidait de vouloir s'en prendre à moi à cause de son sac). Il fut heureux de me voir ici et nous nous mîmes d'accord pour que j'agrandisse son sac en échange d'un repas. Je lui demandais de se procurer également un poulet vivant pour une petite expérience et il acquit en plus son chapon. Après avoir manger, nous nous installâmes dans une ruelle tranquille et j'agrandis à nouveau à nouveau son sac (×20). Après y avoir remis les coffres nous y mîmes également le chapon, fermâmes le sac et attendîmes une minutes. J'en ressorti alors le volatile et ce dernier s'avéra être toujours vivant et bien portant, quoiqu'un peu désorienté par sa récente expérience. Mon sac de farine allait donc pouvoir me servir d'abris (tout du moins, l'espérais-je alors). Le muet me fit aussi comprendre qu'il avait retrouvé les autres et c'est en sa compagnie que je les rejoint. Ils devaient apparemment prendre un bateau pour la capitale (Markusias) et grâce à mon collègue muet je fus du voyage. Celui-ci se déroula sans encombre (à ma grande tristesse, j'aurais bien aimé un petit accrochage avec des forbans), même si visiblement l'équipage regrettait les termes du contra qui me permettait de voyager sur leur navire.
Nous débarquâmes dans un petit village peu avant les montagnes et notre première action fût de chercher un moyen de transport. Il semble qu'après d'âpres négociations mon amis le muet acheta une carriole et deux chevaux pour nous conduire jusqu'à Markusias. Je profitais du voyage pour faire un essai : j'agrandis mon sac de farine, et après m'être encordé à la carriole avec la corde d'un de mes compagnons, je m'aventurais non sans appréhensions dans mon sac. Le résultat m'enchanta ! Il y avait de la place, et comme j'avais demandé à mon amis muet de garder le sac horizontal, je pouvais ressortir sans soucis. J'entendis des sortes de beuglements en provenance de l'extérieur
(les cris du muet) et je m'empressais de sortir. Il s'avéra que la personne qui accompagnais mon ami l'avait frappé en tentant de couper la corde. Sur le coup je ne portais pas plus attention à cet incident et je rendis la corde à son propriétaire.
Nous arrivâmes à Markusias en début de soirée et mes compagnons se mirent en quête d'une auberge pour la soirée. J'essayais vainement d'obtenir un lait de chèvre de la part de l'aubergiste mais celui-ci refusa de me servir. C'est finalement mon ami muet qui me l'offrit (en même temps qu'il se prit un tonneau de bière, je ne sais vraiment pas comment les gens font pour boire ce poison). Alors que nous buvions dehors l'acolyte qui aidait initialement mon ami à tirer ses coffres décida de brûler mon sac (ma maison !
- colère et désespoir !). Alors que nous buvions tranquillement avec mon ami celui-ci se leva soudain et m'empoigna avant de partir en courant dans la ville. Nous retrouvâmes le reste du groupe devant un magnifique bâtiment, l'Hotel bleu. Nous étions déjà la cinq (la date cité sur le papier trouvé dans la cheminée) mais étant habitué à vivre au jour le jour et n'ayant jamais eu à me soucier de la date je n'y avais pas pensé. (En fait, je ne connaissais même pas la date du jour.) Le samouraï qui menait le groupe (je ne sais si il a réellement le statut de leader mais il en a bien souvent le rôle) demanda si quelqu'un pouvait détecter la clé qu'ils cherchaient dans l'éventualité où elle ne serait pas ordinaire. Je scannais la zone et appris plusieurs choses. Tout d'abord, en dehors du groupe, il n'y avait rien de surnaturel à proximité. ensuite, la plupart des membres du groupe sont sous l'influence de la magie, et deux autres personnes dans le groupe sont mages, celui qui a brûlé mon sac et celui qui m'avait prêté la corde. Enfin, le guerrier qui m'avait surpris avec sa connaissance du manoir utilise la puissance de son esprit pour renforcer ses capacités de combat et peut également détacher son esprit de son corps pour partir en reconnaissance ou autre. Mes amis se souvinrent alors qu'ils avait un contact à rencontrer en ville, et après s'être renseigné dans un bar, nous partîmes le rencontrait. La rencontre fut relativement brève puisque je n'attendis pas longtemps dehors (et chose magnifique, je n'attendis pas seul). Lorsqu'il ressortirent, le combattant renforcé qui apparemment est noble décida d'aller poser quelques question à l’hôtel, non sans s'être au préalable changé dans le sac de mon ami noble. Il en apprit plus sur le coffre et la clé que le groupe recherche. (Je ne détaille pas plus parce que cet aspect n'intéresse pas vraiment mon perso, je suis surtout content de ne plus être seul, après je n'ai pas vraiment de raison de m'intéresser à cette clé.) Nous attendîmes encore dans la rue jusqu'à ce que mes collègues retournent voir leur contact antiquaire. Je restait encore dans la rue à les attendre mais seul. Ce n'est que lorsqu'une calèche couverte sorti suivit par celui que nous avions libéré qui courrait derrière que je me levais. La course fut brève et rapidement et rapidement le coureur abandonna. Nous décidâmes alors de rentrer pour la nuit, lui à l'auberge moi à l'écurie. Trouvant la température un peu fraîche (l'hivers approche), je décidais de réchauffer un peu l'air de la ville grâce à une technique de un peu plus avancée que celle que j'utilise habituellement mais moins dangereuse, ce qui fut appréciable sur le chemin du retour. J'arrivais à l'écurie et profitant d'un box libre et d'une meule de paille, je m'installais confortablement et sombrais dans un sommeil paisible.

«Les hommes pardonnent, moi pas», dernières paroles du diable dans le tome 5 des 7 vies de l'Épervier
http://danstonchat.com/15963.html

Re: Campagne : Le Coffre

par Éric le Sam 8 Fév 2014 22:03



«Les hommes pardonnent, moi pas», dernières paroles du diable dans le tome 5 des 7 vies de l'Épervier
http://danstonchat.com/15963.html

Re: Campagne : Le Coffre

par Michel M le Jeu 13 Fév 2014 11:30


Petit résumé de ma part depuis la dernière fois :

La fin du combat contre les pirates est très nébuleuse pour moi, étant inconscient, tout ça...
Bref, l'enquête suivie son cours de manière très subtile, et nous nous sommes retrouvés à suivre la piste d'un mot à moitié brulé trouvé dans la maison en ruine et de l'interrogatoire d'un pirates, et nous voila dans la plus grande ville du pays, avec pour mission de retrouver un coffre avant le lendemain ! Facile !

Bref, je ne veux savoir comment, l'un de nous parviens à s'infiltrer dans un hôtel de luxe, à retrouver l'ancienne propriétaire de la maison, et nous voila sur la piste d'un garde du palais à qui elle aurait donné cette boite.

Heureusement, nous parvenons à mettre à profit les connaissances de notre commanditaire et utilisons l'un de ses contacts haut placés (note à moi même : ne plus être volontaire pour suivre une carriole à pied quand il n'y a plus de place, être torturé presque à mort a tendance à avoir un mauvais effet sur la capacité pulmonaire de quelqu'un).

Bref, je passe sur les détails, nous fouillons ce la chambre de ce garde grâce au contact du contact, nous trouvons des indices quant à la possibilité d'un attentat lors de la réunion des maîtres de guilde commerçantes et suite une enquête approfondie, nous trouvons des barils de poudre dans la réserve de vin. C'est tout naturellement que nous allons voire le capitaine de la garde du palais, et, satisfaits de la résolution de l'affaire, nous nous retrouvons en ville pour un gueuleton.

Boum.

Franchement, qui aurait pu deviner que le chef des gardes était un traître ? Ok, qu'il ait le même nom que la personne ayant fait entrer le type à la boite dans la garde aurait pu nous mettre la puce à l'oreille, mais ça aurait pu être une coïncidence, non ? Après tout, il aurait très bien pu y avoir deux capitaines de garde avec le même nom. Vraiment, on ne peut décidément faire confiance à personne dans ce bas monde.

8 messages
Page 1 sur 1

Aller à

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron